décembre 2, 2022

Rien ne se fera sans les salarié-e-s, sans les électrices et les électeurs

Le 6 décembre 2018 nous élirons nos représentants aux instances statutaires de représentativité du personnel. Nous voterons pour : 

  • Le Comité Technique, qui traite du fonctionnement des organismes. Notamment en matière d’organisation des services, de temps de travail, des règles statutaires, des orientations en matière de primes, de formation et de qualifications professionnelles …
  • Les Commissions Administratives Paritaires (CAP pour les titulaires et CCP pour les contractuels), qui traitent des questions liées à la situation des agents : mutations, avancements de carrière, évaluation, discipline,..

Tous les agents publics (État, Hôpitaux et collectivités locales) voteront en même temps.

Les résultats de ces élections professionnelles seront pris en compte dans le cadre de la représentativité globale de la CGT et les récents résultats dans le privé sont à prendre en compte dans ce calcul. Dans les professions concernées par de récentes élections on constate un vote CGT en progression (en lien avec le combat contre la loi Travail). Des élections partielles dans la Fonction Publique Territoriale indiquent des résultats extrêmement intéressants pour la CGT. Si celle-ci est passée deuxième organisation dans le secteur privé, nous sommes toujours la première organisation syndicale dans la fonction publique. Si vous voulez faire progresser la CGT vous devez porter vos voix vers ses listes.

Il nous faut mener campagne avec les agents en partant de leurs aspirations.

La réussite de ces élections est également de nature à créer une dynamique parmi les collègues. 

Les résulats détermineront la représentativité des organisations syndicales dans les différentes instances représentatives du personnel.

Dans le contexte politique de ces prochaines élections le vote CGT sera déterminant.  En effet, le projet de transformation de la fonction publique préparé par le gouvernement doit entrer en vigueur début 2019. Nous savons à travers les concertations en cours entre le gouvernement et les Organisations Syndicales, mais aussi à travers les déclarations multiples dans les medias, et enfin par la lecture du rapport du Comité Action Publique « CAP22 », que jamais la fonction publique n’a été aussi menacée. Citons la généralisation de la rémunération « au mérite », l’élargissement du recours aux contractuels, les 120 000 suppressions de postes d’ici 2022 et l’abandon de pans entiers de missions de Service Public au privé.

La CGT doit demeurer forte, le taux de participation à ces élections doit être en hausse. Nous devons établir un rapport de force en notre faveur face au gouvernement et ses réformes scélérates. La CGT doit pour cela arriver en tête avec un score le plus large possible, et ce, tant au niveau des comités techniques que des CAP. Lorsque les représentants CGT sont en réunion face à la direction, le résultat obtenu aux élections pèse dans les échanges et nous donne la légitimité nécessaire à travers les votes des personnels pour porter nos revendications au sein des différentes instances de nos établissements. 

Les militants de la CGT sont régulièrement consultés par les collègues en situation conflictuelle et en souffrance au travail. Ou encore pour des renseignements au sujet de leur carrière. Si un recensement sur les demandes de défense individuelle existait, sans contestation la CGT serait largement la première organisation sollicitée. Pourquoi cette reconnaissance de notre travail ne se retrouve-t-elle pas alors plus concrètement matérialisée dans les urnes ? Les collègues font confiance à la CGT quand il s’agit du déroulé de leurs carrières et devraient en toute logique répercuter cette confiance lors du choix de leurs représentant-e-s dans les instances.

Ces élections majeures ont lieu tous les quatre ans, nous devons être convaincus que le vote CGT est le meilleur pour défendre leurs droits, tant individuels que collectifs. Nous devons être convaincus mais aussi convaincre les collègues autour de nous à voter CGT. C’est une démarche indispensable que nous devons avoir tous en tête.

Une campagne électorale se veut collective et partagée. C’est aussi un moment important afin de mesurer les enjeux, notamment face aux projets de réforme de la fonction publique que le gouvernement compte bien mettre en place, comme par exemple la réduction drastique des droits syndicaux (fusion CHSCT/CT impliquant la disparition pure et simple des CHSCT). Il est important de tous s’impliquer dans la campagne, par exemple en participant à des réunions organisées par le SNTRS-CGT ou la FERC SUP CGT et en incitant les proches collègues à y assister. C’est par une prise de conscience collective des enjeux de la part de toutes et tous que nous réussirons à rester une  force syndicale qui compte dans la communauté scientifique et enseignante et à peser de tout le poids de nos convictions dans la préservation de l’intérêt commun et l’obtention de droits nouveaux.

Les élections sont un élément important de la démocratie sociale.

Face aux enjeux sur l’emploi, le pouvoir d’achat, le temps de travail, les conditions de travail, l’égalité professionnelle femmes/hommes, la défense des agents, la préservation du statut de fonctionnaire, la défense du Service Public et bien sûr la défense de la recherche publique … nous devons tous nous mobiliser pour ces élections !

Rien ne se fera sans les salarié-e-s, sans les électrices et les électeurs !

VOTONS CGT !!!!