décembre 2, 2022
UCA / UNS

Ils sont 20. Nous sommes des milliers. 

Ou comment une poignée de mercenaires planqués dans des bureaux ont décidé seuls de l’avenir de notre université et de milliers de personnels sans jamais les avoir consultés.

Mardi 5 juin, le conseil d’administration de l’Université de Nice votait les statuts du futur établissement expérimentale UCA (lire notre thread sur twitter).

Une semaine plus tard, comme une dernière provocation alors que se discutait au CNESER le projet de décret portant sur la création de l’Université expérimentale UCA, le président de l’UNS a envoyé un email de remerciement à l’ensemble des personnels et des étudiants pour le travail sur les statuts de l’UCA. Mais de quoi nous remercie t-il au juste ? De ne pas avoir eu notre mot à dire ?

Arnaques sémantiques, mensonge sur l’objet de leurs mandats, menaces à peine déguisées sur des collègues, violence sur les étudiants contestataires, association étudiante à leur botte, l’équipe pro-libérale dirigée par un monstre bicéphale UNS/UCA et soutenue par la ministre F. Vidal  aura abusé de tous les stratagèmes pour passer en force sans jamais avoir posé le débat de fond avec les principaux intéressés sur l’avenir de notre université et de l’ESR sur la région niçoise. Les enseignant-chercheurs et chercheurs, les personnels techniques et administratifs, et les étudiants n’ont pas eu voix au chapitre. Tout s’est discuté en réalité avec le ministère, le MEDEF et les élus locaux de droite dont on connait la haine pour les services-publics.

La CGT (FercSup et SNTRS 06) a fait tout son possible pour défendre une vision citoyenne, solidaire, émancipatrice, et accessible à tou.te.s de l’université et de la recherche. Elle continuera. Nous ne serons pas à la botte du MEDEF ni des barons politiques locaux.

MAJ : nous apprenons en fin de journée que le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER) a voté contre la création de l’établissement expérimentale UCA : 32 CONTRE (dont #CGT FSU SNPTES) – 18 ABST – 5 POUR (CPU UNI MEDEF).
Une victoire qui doit encourager les personnels de l’UNS et des EPST de la région niçoise à défendre leur université et l’ensemble du service public d’enseignement supérieur et de recherche contre les attaques ultra-libérales.