juillet 6, 2022

[Photos] 2.000 jeunes (et moins jeunes) manifestent à Nice contre les violences policières, contre le racisme, et pour plus de justice.

Si l’actualité est marquée dans le sup/recherche par le déconfinement total (hors enseignement jusqu’en septembre) et le passage en force de la LPPR par la ministre Frédérique Vidal, elle est aussi marquée par un formidable mouvement de la jeunesse du monde entier contre le racisme suite à la mort de George Floyd, citoyen afro-américain assassiné par la police de Minneapolis. Ce drame filmé et diffusé sur les réseaux, a fait écho en France à la mort d’Adama Traoré, et à tant d’autres, comme Malik Oussekine pour les plus anciens d’entre nous.

CGT-Campus 06 avait appelé à participer à la manifestation niçoise ce samedi 6 juin, sans bannière, simplement vêtu de noir comme les jeunes l’ont demandé. Nous avons malheureusement été le seul syndicat dans le 06 à y appeler. Nous ne nous étendrons pas sur ce que nous pensons de cette absence remarquée des autres syndicats en particulier du sup/recherche, alors que la jeunesse a besoin de notre soutien, et que cette manifestation tombait un 6 juin, date commémorative du débarquement de Normandie en 1944. Quel plus bel hommage à ceux qui ont combattu les idéologies mortifères nazie et fasciste, que ces manifestations de la jeunesse de France contre le racisme, pour l’égalité des droits, pour la justice. 

Comme partout sur la planète, 2.000 jeunes (et moins jeunes :)) ont manifesté pour dire stop aux violences policières et au racisme dans la police. Loin de la caricature qu’on voudrait leur coller, les jeunes ont déclaré : « Nous manifestons pour la paix. Nous manifestons contre les violences policières pas contre les policiers. Dire que tous les policiers sont violents est aussi stupide que de dire que tous les noirs ou tous les arabes sont des délinquants » .

N’en déplaise aux racistes locaux, la manif #BlackLivesMatters de Nice s’est déroulée pacifiquement et dans le calme. Une police présente mais discrète, merci à elle. Les pompiers pyromanes de l’extrême-droite n’auront pas eu ce qu’ils souhaitaient.

Pour les universitaires que nous sommes, le racisme est un non-sens, une agression, une insulte à l’intelligence, une paresse intellectuelle. Elle est d’autant plus intolérable quand elle vient des rangs d’un corps d’état jusqu’à basculer dans la violence et la mort d’individus sous le seul prétexte de leur couleur de peau.

Il faut venir dans nos laboratoires et voir ce qui s’y passe : ils sont comme des tours de Babel avec une grande diversité de chercheurs et de doctorants venant du monde entier, avec des parcours, des cultures différentes, et travaillant ensemble. Une richesse de notre diversité, dont on se prive en refusant la pleine citoyenneté à l’ensemble des jeunes de France.