juillet 7, 2022
UCA / UNS

Compte rendu (des élu.e.s CGT) du Conseil d’Administration commun UNS+UCA du 3 septembre 2019

Ce compte rendu est celui des élu.e.s CGT à partir de leurs notes et de leurs impressions. Il n’est en aucun cas un CR « officiel ».

Le CA du 3 septembre a commencé par un discours de Jean-Marc Gambaudo (JMG), qui est dorénavant l’administrateur provisoire de l’établissement expérimental UCA.

La première partie de ce discours était surtout un historique des changements de l’Université depuis la création de la COMUE UCA en 2015, l’obtention de l’IDEX et pour finir la création de l’Université expérimentale. JMG, comme à son habitude, s’est félicité de tout le travail accompli. Dans une seconde partie, il a toutefois fait part de ses inquiétudes : le jury IDEX vient en juin 2020, or la route est encore longue et une partie de la communauté universitaire ne « suit » pas. Il faut changer cela. D’autres choses sont aussi à changer selon JMG :

  • le recrutement : on ne recrute pas assez d’excellents. Pour illustrer son propos JMG donne un exemple à ne pas suivre et qui semble l’ulcérer, il s’agit d’ « un poste de professeur en médecine pour lequel l’un des deux candidats a 61 ans et l’autre n’a même pas l’HDR ».
  • la décentralisation au niveau des composantes : JMG précise que « tous ceux qui voyagent savent qu’une université ne peut pas fonctionner correctement avec une administration centralisée », on n’a vu ça qu’en URSS.
  • « une vision décomplexée des ressources propres » qui pourraient même être utilisées pour des actions sociales par exemple…
  • Etc…

La dernière partie du discours de JMG ressemblait plus à des règlements de compte.  D’une part, il a blâmé certains services administratifs qui ont mis, « 3 mois pour lui fournir la liste des doctorants de l’Université !». D’autre part, il a expliqué tout le mal qu’il pensait des VP qui restent pour deux mandats ou plus….

Suite à ce discours, notre représentante Sarah d’Agir tous ensembles ( CGT-FSU-SUD) demande la parole et lit notre déclaration. Aucune réaction de la part de JMG. Il passe la parole à M. Dalloz. M. Dalloz réagit aux critiques faites dans notre déclaration, en expliquant que tout est nouveau et tout est à faire etc… et que selon le décret il faut dès le premier CA, désigner les membres du comité électoral consultatif (CEC) qui va gérer les élections du nouveau CA et de son président en décembre.

Avant toutefois d’aborder la désignation des membres du CEC, M. Dalloz aborde un autre point qui concerne les suppléants des élus du CA de la COMUE. Pour comprendre, il faut savoir que les élus du CA de l’UNS n’ont pas de suppléants. Lorsqu’ils sont absents, ils peuvent donner une procuration à un autre administrateur. En revanche, les élus du CA de la COMUE ont eux un suppléant. Donc, lorsqu’un titulaire est absent il peut se faire représenter par son suppléant. Par ailleurs, suppléants et titulaires pouvaient être présents au CA de la COMUE jusqu’à présent, seul le titulaire pouvant prendre part au débat et voter.

M. Dalloz propose que, pour le CA provisoire, par soucis d’égalité entre les élus du CA de l’UNS, qui n’ont pas de suppléants et élus du CA de la COMUE qui eux en ont un, on ne tienne plus compte des suppléants de la COMUE, autrement dit, chaque binôme (titulaire et suppléant) du CA de la COMUE doit désigner une personne du binôme pour siéger et voter au CA et en informer l’administration avant les séances du CA. Cette proposition a suscité beaucoup de réactions de la part des 6 élus des listes intersyndicales qui n’étaient pas d’accord, ni sur le fait qu’on veuille en réalité supprimer les suppléants, ni sur le fait qu’on prenne de telles décisions sans qu’elles aient été annoncées au préalable dans l’ordre du jour. La proposition de M. Dalloz a été soumise au vote : 23 pour, 9 contre…

M. Dalloz aborde ensuite la désignation des membres du CEC proposant qu’on désigne parmi les membres du CA provisoire, deux membres parmi les rangs A, les rangs B, les rangs C et des étudiants. Tollé chez les élus des listes intersyndicales. Selon le code de l’éducation https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?cidTexte=LEGITEXT000006071191&idArticle=LEGIARTI000027866578&dateTexte=&categorieLien=cid :

« un comité électoral consultatif [..] comprend notamment des représentants des personnels et des usagers, désignés par et parmi chaque liste représentée au conseil d’administration de l’établissement,.. ». De plus il n’avait pas été question dans l’ordre du jour qu’on désigne qui que ce soit lors de cette séance. Le CA devient houleux, M. Dalloz s’énerve en disant qu’on perd du temps pour une point qui est anecdotique, JMG lève les yeux au ciel : nous sommes ceux qui faisons perdre du temps. Après plusieurs échanges, il est convenu que la liste intersyndicale aura un représentant au CEC parmi les rangs A, B et C autrement dit 3 représentants au CEC.

Fin de la séance, JMG nous met quasiment dehors parce qu’il est pressé, il y a ensuite un comité de pilotage…