mai 27, 2024

Violence de l’extrême-droite contre des étudiant·e·s et personnels, il faut que ça cesse !

Courrier syndical envoyé à la communauté universitaire de l’UCA

Mardi 28 mars, l’UNI 06, organisation étudiante d’extrême-droite siégeant dans nos conseils, a fait le choix délibéré d’agresser violemment des étudiant·e·s et personnels, sous prétexte de débloquer le campus Carlone dont le blocage avait été voté la veille en Assemblée Générale en présence d’un responsable du campus. 
Ce blocage se passait dans le calme, sans aucun incident et en bonne intelligence avec l’Université, au dire même de responsables administratifs et des renseignements (police), jusqu’à l’arrivée de membres de l’UNI décidés à en découdre et pour la plupart inscrits sur un autre campus.

Certains de ces nervis d’extrême-droite étaient masqués, d’autres équipés de gants de moto coqués. Un équipement loin de ce que l’on imagine nécessaire pour un déblocage “pacifique”, comme ils l’ont prétendu dans une communiqué (lire notre thread twitter sur le sujet).
En plus de celles et ceux qui ont reçu des coups, plusieurs étudiant·e·s et personnels présents hier, ont été choqués et effrayés par la soudaineté, la rage et le niveau de violence spontanée qu’ils ont subies ou vues. On le serait à moins. 
Nous avons pu recueillir des témoignages écrits, dont ceux de deux étudiantes pacifiques qui ont reçu directement des coups de poings quand les membres de l’UNI ont voulu forcer le passage. 

Ce sont les mêmes qui avaient voulu organiser un meeting pour un parti raciste, sexiste et anti-républicain au sein de l’Université le 9 mars dernier.
L’UNI vient de faire la démonstration éclatante que nous avons eu raison de faire annuler leur meeting et qu’il est impossible de discuter avec l’extrême-droite (lire le communiqué de l’intersyndicale : Notre université ne doit pas devenir un bastion de l’extrême-droite !).

La haine et la violence dans laquelle cette organisation évolue est telle qu’un de ses membres est allé jusqu’à donner un coup de poing à un de nos collègues. De tels actes sur nos campus, comme ailleurs, sont inqualifiables et inacceptables.
Malheureusement, ils ne sont pas sans rappeler la violence portée par le groupe d’extrême-droite Unité-Radicale qui sévissait il y a une vingtaine d’années sur les campus niçois. Souvenons-nous qu’en novembre 2000, un enseignant s’était fait frapper dans son amphi simplement parce qu’il tenait des propos qui ne convenaient pas à ce groupuscule de l’extrême droite ! Souvenons-nous également qu’un ex-membre de ce groupuscule est une actuelle figure politique locale et qu’il soutient l’action violente de l’UNI et propage des fakenews reprises par la fachosphère. Méthodes classiques des complotistes et obscurantistes de tout poil.

Le sujet n’est pas à prendre à la légère, ni par la direction de l’Université, ni par les autorités comme la préfecture. 

Car les actes d’hier s’inscrivent dans un regain de violences de l’extrême-droite sur Nice et sur nos campus, que nous n’avions pas vécu depuis le GUD/UNED/Unité-Radicale à la fin des années 90 début 2000 (lire : Violences fascistes et racistes sur les campus. Une histoire niçoise) :

  • Septembre 2020 : des étudiants du syndicat étudiant Solidaires sont frappés par une groupe d’extrême-droite sur le parvis de Carlone alors qu’ils tenaient une table d’information pour la rentrée universitaire. A ce jour, les agresseurs courent toujours. (lire le communiqué de l’intersyndicale).
  • Novembre 2022 : Story instagram raciste contre une étudiante voilée du campus Carlone. La FACE dénonce le président de l’UNI comme étant l’auteur et demande des sanctions à l’Université (lire sur ActuNice). L’origine de cette Story n’ayant pas été formellement confirmée, aucune sanction n’a été prononcée.
  • Février 2023 : « Fight Club » à Nice: des jeunes liés à l’ultra droite investissent les Arènes de Cimiez pour des combats sauvages (article de Nice-Matin)
  • 9 mars 2023 : l’UNI tente d’organiser un meeting déguisé en débat sur le campus  de la faculté de Droit pour le parti politique raciste, sexiste et anti-républicain Reconquête d’Eric Zemmour. 
  • 25 mars 2023 : un jeune militant de gauche et un journaliste indépendant sont agressés par 4 militants d’extrême-droite dans le Vieux-Nice après une manifestation contre la réforme des retraites. Ils ont été attaqués par derrière alors qu’ils étaient en train de consulter des photos sur l’appareil du journaliste. 
  • 28 mars 2023 : des membres de l’UNI agressent physiquement des étudiant·e·s et personnels sur la Campus Carlone lors d’une action de déblocage. Plusieurs personnes sont frappées dont un collègue chercheur. 

Les violences doivent cesser !
L’impunité doit cesser !

La CGT FercSup 06 demande des sanctions à l’encontre des étudiants de l’UNI qui ont participé à ces provocations et violences, l’interdiction de cette organisation au sein de l’Université, et la prise en charge des conséquences psychologiques sur les étudiant·e·s et personnels présents ce jour là qui en auraient besoin.